Chokebore - It's a Miracle

***½

Les Hawaïens énervés se réinventent.
Plus fragiles

Ne pas se fier à ce "Ciao L.A." placé en ouverture, seul titre à rappeler les spasmes énervés qui caractérisaient chez Chokebore les années AmRep : à l'inverse de Black Black, leur précédente livraison, une certaine sérénité plane sur It's a Miracle. Ce virage, inattendu pour qui est habitué à la démesure scénique du groupe, nous vaut quelques sacrés moments de beauté frileuse, comme sur "Snow", éloquent manifeste d'écriture éclatée, ou "Be Forceful", ballade apaisée que la guitare s'empresse de rendre moins digeste. Aujourd'hui presque murmurante, la voix de Troy Bruno Von Balthazar se coule sans peine dans le fil mélodieux que ces enfants d'Hawaï tissent, morceau après morceau. D'ailleurs, quand au final on croit retrouver un peu des soubresauts d'antan ("Little Dream"), ce n'est que pour mieux retomber dans cette torpeur quasi béate ("She Flew Alone") qui sert de vertèbres au cinquième album de Chokebore. Pas toujours facile par son refus tacite du spectaculaire, It's a Miracle a le grand mérite de rompre avec un style désormais révolu pour le groupe.

Alain Feydri

Rolling Stone #1 (octobre 2002)