Interview : James & Troy, 8 décembre 1998, Paris

Diffusée le 15 janvier 1999 sur Oui FM 102.3 (Paris et Ile-de-France), dans l'émission Ketchup & Marmelade

[ Speed of Sound ]

Il faut dire que Chokebore vient d'Hawaï, pour vous c'est surprenant puisque Hawaï c'est le soleil, la plage, pourtant leur musique est plutôt mélancolique, qu'ont ils à répondre à cela ?

A l'origine on a commencé à Hawaï, on a grandi à Hawaï, on écoutait la musique là-bas. Mais en fait ça n'a pas vraiment d'importance l'endroit d'où tu viens, quel qu'il soit tu peux toujours être triste et mélancolique. Hawaï c'est vraiment un très bel endroit, nous n'étions pas vraiment déprimés quand nous étions là-bas, c'est juste qu'on avait envie de jouer de la musique un peu triste.

Votre musique s'est radoucie depuis les débuts, pourquoi ?

Je ne crois pas que notre musique se soit adoucie, c'est jusque que, en fait je pense que ça s'est calmé dans un certain sens, qu'il y a des chansons plus lentes, plus calmes, et je pense que si tu t'assois et que tu écoutes vraiment les derniers morceaux, je pense que du coup l'émotion est devenue beaucoup plus intense. En fait c'est relativement facile de faire une chanson bruyante, violente et agressive, tout le monde peut le faire, mais faire une chanson que quelqu'un peut écouter et qui le touchera à travers l'émotion et les paroles qu'elles dégagent, c'est beaucoup plus difficile.

Quelles sont les influences de Chokebore, y-a-t-il des groupes qui vous ont vraiment marqué ?

Nous essayons juste de faire la musique de Chokebore, je ne crois pas que nous soyons influencé par un groupe particulier, juste par des bonnes chansons, d'ailleurs j'écoute souvent des chansons qui me plaisent, et peu importe qui les joue. Quand j'étais gamin, je n'écoutais que Kiss et un jour j'ai trouvé une cassette dans la rue : sur une face il y avait War Pigs de Black Sabbath, et sur l'autre il y avait Queen. Mais on ne peut pas franchement dire que j'étais un vrai collectionneur de disques.

[ You Are the Sunshine of My Life ]

Comment voyez-vous l'avenir pour Chokebore ?

J'espère qu'on fera vraiment un très bon prochain album, on commence déjà à l'écrire et je crois que les nouvelles chansons sont vraiment bonnes. Dans le futur, j'espère que petit 1 on continuera à jouer, petit 2 on s'améliorera encore. Je pense que c'est ce qui arrivera parce que plus tu passes de temps sur quelque chose et plus tu t'améliores. Nous venons d'enregistrer une chanson acoustique pour une compilation française où il y aura aussi Girls Against Boys, Mogwai et d'autres groupes, on en fera surement d'autres, je voulais déjà en mettre plus sur Black Black mais on n'avait pas assez de temps. J'ai vraiment un bon son dans ma maison, il faut en profiter, là j'essaie d'acheter un 8-pistes pour pouvoir faire plus d'enregistrements à la maison, parce que souvent quand je sors de studio, je ne suis pas toujours content du résultat, certaines chansons sont trop produites, trop rock, et ça ne fonctionne pas pour elles. Ces chansons devraient sonner plus lo-fi, j'aime vraiment le son de certaines chansons enregistrées en 4-pistes, il y a un petit côté bizarre qui me plait.

[ Where Is the Assassin? ]

Marc.O

Oui FM (15 janvier 1999)