Back in Black

Que dire de Chokebore que vous n'auriez déjà lu cent fois. Oui ! C'est vrai, ils sont aussi adorables dans la vie que leur musique peut être coupée du monde. C'est dire. Oui ! Leur dernier album est un effroyable frisson de junk qui dure une heure et vous laisse tremblant, un singe scotché dans le dos, des sueurs froides plein l'échine. Oui ! Des disques comme celui-ci, on n'en voit pas serpenter des nids, si bien qu'on serait prêt à l'appréhender par la queue pour n'en saisir, ne serait-ce que l'infime infâme fin de son triomphe. Oui ! On vous l'a dit ! Ce disque n'est pas à mettre entre toutes les oreilles. Mais si vous saviez jusqu'à quel point c'est vrai, peut-être ne prendriez-vous pas de risques... Parce que oui, encore ! Ce disque, à l'image de ce groupe et des performances scéniques qu'il éructe, peut changer une vie. Pour ceux-là, il possède une botte imparable, un secret de samouraï... Etre entier ou ne pas exister. Un point c'est tout ! Avec ses tripes posées ça et là, sur un morceau de vie, puis sur un autre... Chokebore ne se visite pas comme un musée. On y va si on a déjà mal et qu'à fortiori, on ne verrait pas pourquoi ça irait mieux demain. La vie, quoi !?

L'excellentissime "Black Black", leur quatrième album sorti avant l'été, est toujours disponible chez Boomba/Tripsichord et est toujours fraîchement recommandé.

Stéphen Gineste

Mix #1 (septembre 1998)