Chokebore - Black Black

Enregistré en pleine campagne angevine, "Black Black", quatrième album des hawaïens de Chokebore, n'aura jamais aussi bien porté son nom. En effet, continuellement sous un ciel bas et sombre, ce disque est noir, très noir. Le tempo s'est encore ralenti, et si l'on peut parfois regretter ces attaques soniques qui caractérisaient leurs précédents albums, tous ces regrets sont vite balayés par l'intensité qui se dégage de ces nouveaux morceaux. On succombe définitivement à ces accords écorchés et cette voix plaintive et torturée. Toujours sur le fil du rasoir, des chansons d'une grande beauté, qui nous prennent les tripes, nous font parfois peur. En effet, il se dégage de cette tension un équilibre d'une extrême fragilité, entre la vie et la mort. Troy Bruno Von Balthazar semble en perpétuel sursis, toujours au seuil de la noyade. On a cette impression que chaque chanson a été accouchée dans la douleur, au terme d'une grande souffrance, mais également comme une terrible thérapie qui seule peut permettre au groupe de continuer. Ces blessures nous touchent au plus profond de l'âme, et on souhaite seulement que Chokebore puisse s'exorciser par la musique, sans pour autant en être sûr. Si ce disque est si poignant, c'est parce qu'il sent aussi la fin : une victoire douloureuse pour une survie en sursis. On espère se tromper.

J.M.D.

Foetustriel #13 (juin-septembre 1998)