La Route du Rock, Saint-Malo, 12 août 2001

Chokebore... Le grand choc de la soirée. Je crois bien que c'est un des plus grands concerts qu'ils aient fait de leur vie, devant au moins 6000 personnes au bas mot, sans compter les premières parties pour Nirvana dans des stades... Mais avec Nirvana, pas question d'avoir la moindre chance de séduire des spectateurs avides de Smells Like Teen Spirit. Alors qu'à Saint-Malo, dans un superbe décor, le fort St Père, ses douves, les arbres, le bruissement des cigales, ils ont littéralement conquis le public. Tout d'abord parce qu'ils ont eu la chance de jouer au crépuscule, entre belle journée ensoleillée et nuit fraîche et étoilée, avec de grands arbres en toile de fond. Ensuite parce que leur performance fut parfaite, sans doute trop courte pour les fans, mais juste assez brève pour séduire et donner au public cette sensation mêlée de joie et de regret, "c'était trop court, ils auraient du continuer", qui donne envie d'en savoir plus, d'écouter les disques et de revoir le groupe. Et enfin parce qu'avec des titres comme Thin as Clouds, Valentine, You Are the Sunshine of My Life ou It Could Ruin Your Day, sans oublier les nouveaux comme She Flew Alone, superbe entrée en matière, Be Forceful ou la puissante Snow, la setlist était faite pour être aimée, mais pas pour plaire ou séduire de façon racoleuse. Le public a réagi vivement, criant sa joie entre chaque morceau. Un enthousiasme collectif qui poussa le groupe a revenir sur scène une fois leur setlist entièrement exécutée, pour remercier timidement, étonnés d'avoir autant de succès, et offrir de jouer une chanson encore inédite, que d'après eux ils ne réussissaient jamais en répétition. L'occasion de bercer leurs nouveaux fans avec une mélodie lancinante, à la manière d'un Rest of Your Evening, alors que la nuit était déjà tombée sur le festival.

Florent