Chokebore - It's a Miracle

Note : 8/10

Il y a des groupes qui nous mettent à distance par la froideur de leur composition alors que d'autres privilégient un rapport intime voire charnel avec ses auditeurs. Chokebore fait définitivement partie de cette dernière catégorie.

Venu d'Hawaï, une île sans doute devenue trop petite avec le temps, Chokebore s'abandonne au voyage et à la scène, sillonnant inlassablement le monde depuis une dizaine d'années, avec dans leurs valises, cinq albums à défendre, cinq albums oscillant nerveusement entre énergie salvatrice et spleen baudelairien.

Après quatre années de silence discographique (mis a part le Ep "Strange Lines" distribué au gré des concerts), nos hawaïens préférés nous reviennent avec un nouvel opus, le bien nommé "It's a Miracle" tant on ne croyait plus à un éventuel retour. Toujours animé par les même valeurs, l'indépendance coûte que coûte et la quête de la belle mélodie électrique, Chokebore arrive cependant à nous surprendre encore une fois. Il n'est pas question ici d'une révolution mais plutôt d'un lent mouvement amorcé depuis "Black Black". La musique se fait de plus en plus introspective, soutenue par des mélodies plus sures et une instrumentation qui s'ouvre au piano et à la guitare sèche. La voix de Troy reste encore une énigme. Sans doute n'est il pas un grand chanteur, en tout cas ses mots et ses intonations nous touchent profondément et quelques belles phrases viennent hanter nos mornes journées (« My life is just like you left it, full of rain filled with low lights and sad girls » sur « Geneva »).

Nous ne laissons pas surprendre par « Ciao L.A. », une belle entrée énergique dans un format on ne peut plus pop soutenue par une batterie plombée. Dès le deuxième morceau, nous plongeons dans une abîme mélancolique où l'on retiendra plus particulièrement le magnifique « Police » sans doute le morceau le plus abouti du groupe ou « I'll Save You » au fort accent codeinien. Demeure encore quelques coups de griffes, certes plus éparses que par le passé, mais toujours aussi remarquables de puissance et de dissonances. Sur « Little Dream », une guitare sauvagement pixienne accompagne le chant quasi hystérique du chanteur. Et que dire de l'orage électrique qui éclate au beau milieu de « Be Forceful » !

En définitive, "It's a Miracle" est un bel album pour ceux qui aiment des confessions intimes sur de belles mélodies inspirés même si on aurait aimé que le plaisir dur plus longtemps.

Mes pièces préférées : I'll Save You, Police, Be Forceful

Artistes similaires......Codeine, Slint, Radiohead

Exbrayat Williams

Critiques [ Vincent Bergeron ] (juin 2002)