Le Poste à Galène, Marseille, 24 avril 2001

Chokebore + Experience

Belle affiche ce soir au Poste à Galène (rappelons le pour les étrangers : jauge 250p) qui nous proposait pour 85F deux concerts le même soir de styles proches mais assez différents avec Chokebore et un des deux groupes issus de Diabologum, Experience.

Lorsque je suis arrivé Chokebore venait juste d'attaquer. C'est ça l'avantage d'habiter pas loin... yerk ! yerk ! yerk ! J'ai tout de suite été saisi par le côté incroyablement rock de leur musique. Tout y était : le son fort (mais pas trop) l'attitude, le look, ...

Sur scène ils sont 4 guitare/chant, basse, guitare, batterie. Le bassiste assez grand et tatoué, l'autre guitariste au moins aussi grand les cheveux plaqués sur la tête, le batteur m'a fait penser à un fan de Hardcore avec son Tshirt Shadow noir et sa façon de frapper sur la batterie.

Plein de changements de rythmes avec des envolées lyriques, à la fois très pop et très rock. Ils n'hésitant pas à faire aussi de vraies ballades mais qui restent tendues et belles, pas comme les ballades des groupes hard FM.
Quand il se lâchent ils sont tous pliés en deux en train de sauter...

Le chanteur n'a pas arrêté de se tordre, de se cambrer, sa façon de chanter est assez variée. Pas mal de nouveau morceaux à ce qu'il disait. Bon contact avec le public (il nous a expliqué que pas mal des morceaux avaient été écrits à Marseille car son ex y habite), dans lequel il n'a pas hésité à aller faire un tour pendant un petit pogo.

Bon petit rappel pour une grosse heure de concert dont je me souviendrais avec plaisir. J'ai retrouvé cette folie que je n'avais pas tellement revue depuis Sloy. Avec ma manie d'essayer de rapprocher ce que je découvre de trucs que je connais déjà j'ai pensé selon les morceaux aux Red Hot, à James Hall (artiste aussi méconnu que talentueux) à Nirvana dont il sont les dignes héritiers sinon successeurs. Sa voix qui prend différents timbres, fait qu'on pense parfois aussi à Therapy? ou aux Pixies. En tout cas ce que je retiendrai c'est leur présence sur scène. Incroyable d'arriver à garder cette pêche au fil des années.

Après une grosse demi heure de changement de set pendant laquelle j'en ai profité pour aller télécharger les photos que je venais de prendre et changer de Tshirt (trempé). Puis Experience a commencé.

Le chanteur seul au micro avec des samples et un écran tout bleu derrière lui (tout à fait dans la lignée de Diabologum (que je n'ai jamais vu en concert personnellement). Après cette longue intro où il parlait avec des temps de pauses parfois longs, les 3 autres musiciens sont arrivés. Batteur (très jeune), bassiste au look piercé, casquette de l'armée + chemise blanche, et guitariste / choriste asiatique assez jeune aussi.

J'ai trouvé que ça mettait un peu longtemps à démarrer. Assez vite cependant un morceau beaucoup plus nerveux (musicalement) est venu secouer le public (dont une bonne partie était partie à la fin de Chokebore). Puis de nouveau un morceau calme/mou. J'ai trouvé ça un peu artificiel en fait ce côté "je vous lis des petits textes (souvent tranches de vie) sur fond musical". Des textes sur le mal de vivre des éternels gamins qu'a engendré notre société. On retrouve là des textes communs avec un autre groupe d'éternels adolescents : Superflu. Il m'a aussi fait penser à un mélange entre Jérôme Minière et Mendelson (époque premier album). Ca parle de voisinage, de (ne pas) grandir, de petites préoccupations de tous les jours, de mesquineries, ...

Pour finir une reprise de Dinosaur Jr (Why) complètement déjantée qui valait le détour et dégageait vraiment quelque chose.

En fait c'est l'impression qu'il (le chanteur) m'a laissé pendant tout le concert. On aurait dit quelqu'un de complètement fracassé par son comportement mais dont le visage reste impassible, voire sage ou triste... drôle d'impression. A un moment je crois que c'était pendant le morceau où il répète sans arrêt des kilomètres de phrases pour ceux qui aiment le jazz (la dernière avant le rappel), il est descendu dans le public un peu clairsemé emportant tout le monde avec son fil (bilan des courses ils ont quand même pété un pied de micro + un micro + un néon je crois).
Sinon il était plein de phrases ou d'expressions bizarre du style "on va mettre le feu" alors que l'ambiance n'était pas franchement enflammée ou de "gracias amigos", "danke schoen" etc... et pour finir il nous a demandé si on aimait Nirvana et nous a remercié ?!?
Sur la feuille au pied du micro la liste des chansons : la pièce du frigo / essayer / west houston street / la question / entre voisins /ali di allo / deux / les ouvriers / aujourd'hui maintenant / pour ceux //// se détacher / don't, ... pourtant il ne me semble pas qu'ils aient tout fait sur la fin.

Petite remarque pour finir à propos de cette très bonne soirée... peut-être aurait il mieux valu inverser l'ordre de passage des deux groupes en effet Chokebore étant beaucoup plus rock, charismatique et péchu (digne des soirées dépanneur)... c'est dur de passer après eux...

François Devred

Concert And Co