Taty du Post Rock

Ce disque-compilation est à recommander. On y trouve une collection d'objets sonores rares et très convenables de rock, d'atmosphère et de ce que d'aucuns appellent pompeusement le post-rock. Ce bel objet présente des groupes d'ici et d'ailleurs, de France pour la plupart, mais ce n'est pas le plus important. L'essentiel, c'est qu'il s'inscrive contre la mécanisation, contre le sous-développement de la musique grand public. Par cela même, les esthètes à l'origine de ce morceau de bravoure artistique sont de vrais marginaux, qui ne pourront que galérer jusqu'à la fin de leur vie, puisque leur musique n'est pas citée en exemple de travail. Cette oeuvre est plus atmosphérique que violente, et pourtant, on peut être sûr que dans la tête des acteurs règne la rage. Mais comment se faire entendre quand on se doit d'être à la mode, d'avoir tout lu tout vu ? En fait, ces Taty sont comme leur homonyme, ce Jacques Tati qui faisait du cinéma vu par son époque comme insignifiant, et que l'on trouve génial aujourd'hui. Autant dire qu'ils ont vingt ans d'avance.

Blah Blah (mars 1999)