Espace Julien, Marseille, 18 février 1998

Chokebore : que dire ou la surprise, ou plutôt la révélation, que fut ma vision de la prestation scénique de ce groupe Hawaïen ! bien que connaissant tous les albums de ce groupe (exception faite du dernier en date), je fus réellement abasourdi par l'énergie qu'ils ont déployée ce soir là, transformant la lente nostalgie de leurs morceaux en une décharge triste et positive. Cela a au moins eu le mérite de créer une ambiance unique de bien-être et de détente. Ici, aucune agressivité. Associé à cela, le jeu de scène de Troy le chanteur, grimaçant et sautant tel un bouffon divin dont la voix s'obstine à chanter les désillusions d'une vie qui se prolonge comme cette soirée pleine de magie ! Si vous n'avez pas la chance de les voir en concert, écoutez quand même leurs disques.

Aléatoire Zine #2