Chokebore - It's a Miracle

Note (du rédacteur) : 4.5/5

On peut dire que Chokebore a le sens de la formule car appeler son nouvel album "It's a Miracle" il faut le faire, surtout après les quatre ans de silence discographique que le groupe vient de subir pour cause de faillite de son ancien label. Alors que beaucoup le pensaient définitivement disparu, le quartet d'Honolulu a mis à profit cette longue période loin des studios d'enregistrement pour régénérer son style unique. C'est donc un groupe à l'inspiration complètement renouvelée et au meilleur de sa forme que l'on a plaisir à retrouver.

Conçu sur la route, "It's a Miracle" aurait pu être pour le quartet l'occasion de renouer avec les sonorités les plus rugueuses qu'il affectionne toujours en live et qui caractérisaient ses premiers enregistrements, mais il n'en ait rien. Ce cinquième effort studio reprend à peu de choses près là où se terminait "Black Black" en 1997. Ces onze nouveaux titres débordent toujours de mélancolie mais chose nouvelle, ils ne versent plus dans le désespoir chronique comme c'était le cas de "Black Black" (un album qui portait bien son nom lui aussi !), ils exhalent au contraire d'un calme et d'une sérénité nouvelle qui laisse à penser encore une fois que le groupe est sorti grandi de ces dernières années de galère. Avouons le, après la noirceur de "Black Black" on est surpris de trouver sur ce disque Ciao L.A. et Little Dream des titres plus enjoués aux accents franchement popy, comme quoi même dix ans après sa création Chokebore reste toujours aussi insaisissable.

Qu'on se le dise, c'est à un groupe au sommet de son art que l'on a à faire sur ce nouvel album. Ses titres se font plus ambitieux grâce à des arrangements somptueux où le recours à la saturation n'est plus comme par le passé systématique ; à l'image de Radiohead, les hawaïens laissent désormais la place à des instruments que l'on avait pas l'habitude d'entendre chez eux comme la guitare acoustique ou le piano, ce qui nous vaut des titres comme Police ou Ultra-Lite franchement pas si éloignés de ce que font les anglais. Mais que les fans se rassurent, même si son songwriting s'est affiné, Chokebore n'a pas pour autant vendu son âme aux sirènes du business, le groupe continue de briller par son approche non conformiste de la chose rock. La majeure partie de ses titres récents a su garder le côté expérimental si caractéristique du "son Chokebore" : ces mélodies tordues mais terriblement accrocheuses, ces riffs dissonants et torturés, le chant plaintif et sensible de Troy, bref toutes ces petites choses qui rendent la musique de Chokebore si belle, si troublante et finalement tellement indispensable.

Plus que jamais avec "It's a Miracle" Chokebore vient de signer un album pour ceux qui ont quelque chose entre les oreilles.

Seb

Adrenalyn (11 mai 2002)