Chokebore - It's a Miracle

Chokebore, ça fait partie de ces choses qui n'arrivent que peu de fois dans une vie. 1998, un "Black Black" acheté sans vraiment y croire, sans savoir ce que ça peut trop valoir, et qui s'avère décisif, un jalon d'une existence musicale. Puis, 4 ans plus tard, sans crier gare, Chokebore se représente sur le coin d'un rayon dans un magasin. Ni une ni deux, on en fait l'acquisition les mains moites et la gorge nouée par l'appréhension. Et le CD qui ne devait pas décevoir ne déçoit pas. "It's a Miracle", c'est bel et bien son nom, s'avère un champs de bataille orgasmique, où les émotions font la montagne russe entre montées envoûtantes et plongées au fin fond des abîmes. As-t'on seulement allié beauté et tristesse avec une telle perfection depuis Radiohead ? Les nouvelles compos sont bloquantes a l'extrême. "Person You Chose", aux paroles tétanisantes, présente un Troy B. Balthazar qui n'a jamais été autant inspiré. Ses rires cyniques ou désespérés dans "Snow" font froid dans le dos. Des passages d'une excitation démesurée jaillissent à l'improviste, "Little Dream", bijou électrique et haletant aux riffs improbables et lumineux, "I Love Waiting" oppressant, "She Flew Alone", qui achève l'album de façon apocalyptique, nous laissant perdus, sans repère. Les solos rongent les parois du cerveau pour s'y infiltrer. Chokebore nous emmène dans son monde, ou l'amour est si compliqué, où la musique est si délicate quand elle ne se fait violence pour exprimer la frustration. La voix est fragile et poignante, la guitare déstabilisante, l'atmosphère unique. Mais 40 minutes c'est beaucoup trop court pour un album aussi bon. Quoi qu'il en soit Chokebore renchérit sur "Black Black" et pond là un des albums de l'année. Indispensable, déjà culte et miraculeux.

Seb

A Découvrir Absolument (juin 2002)