Chokebore - Black Black

Les hawaïens nous ont quelque peu pris par surprise avec ce quatrième album, sorti sans aucune annonce, sur un label différent des trois premiers, nous n'y avons cru que longtemps après l'avoir touché et écouté 200 fois. Si le titre Black Black ne reflète en rien la pochette, qui brille par son immaculée blancheur, il est par contre un très bon résumé de ce qu'est la musique de Chokebore. Sur un tempo sensiblement ralenti, Troy se laisse aller au conte de ses maux avec cette voix si proche de la rupture, au bord de l'éclatement, de l'explosion. Impalpable et inimitable, parfois seule ou noyée dans des guitares, elle est le squelette de cet extraordinaire album qui torture l'émotion en vous retournant les boyaux. Chokebore, c'est comme tout un tas de trucs qui se bonifient avec le temps, à chaque album c'est meilleur.

F.

Abus Dangereux (avril-mai 1998)